Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Centristes : UD… I, pour idées ?
REIMS (Marne). Avant de faire campagne, les centristes de l'UDI souhaitent enregistrer idées et contributions, pour construire un projet en phase avec leurs attentes et leur vécu. Premier débat thématique sur l'emploi.

L'UNION des Démocrates Indépendants, qui s'est cristallisée autour de Jean-Louis Borloo, ne peut se contenter de rassembler des centristes épars depuis l'effondrement de l'UDF ; un événement vécu sur le mode du mythe de Babel… Pour exister, se perpétuer, engager des batailles électorales, l'UDI et ceux qui le constituent, sur le terrain, dans les fédérations départementales, doivent non seulement retrouver le sens d'un langage et d'un intérêt communs, mais encore susciter une réflexion et des idées aptes à marquer leur différence, leur identité. Une charte des valeurs a certes été énoncée, qui met en exergue un credo humaniste, engagement pour une économie de liberté, tempérée de ses excès, volonté de construire une Europe forte et fédérale… Mais à court terme, dans la perspective des prochaines échéances électorales, l'UDI ne doit pas se limiter aux déclarations de bonnes intentions. Si les errances de François Bayrou ont égaré le MoDem accroché à son destin incertain, l'UDI ne peut se donner une totale crédibilité en assurant l'électorat de ce que son « indépendance » ne se limitera pas à une simple alliance-allégeance à l'UMP. Tout comme la seule perspective d'une alliance avec l'UDI ne suffira pas à rendre les Centristes désirables pour une UMP, dont la vocation fédérative est écornée par l'initiative frondeuse des Borloo (Parti Radical), Morin (Nouveau Centre), Lagarde (Force Européenne Démocrate), Arthuis (Alliance Centriste), Bockel (La Gauche Moderne), Bourdouleix (Centre national des indépendants et paysans) et autres Aurélien Véron (Parti libéral démocrate)… L'UDI ne sera acceptée qu'à la condition d'un prompt renfort d'électeurs, de suffrages et donc d'idées neuves.

L'enflure du cabinet

Dans cette optique, Mario Rossi (Alliance Centriste), coordinateur de l'UDI sur Reims, avec Véronique Marchet (Parti radical) et Cédric Chevallier (Nouveau Centre), engage un cycle de réunions thématiques, avec comme premier rendez-vous, le mercredi 30 janvier, une rencontre-débat consacrée à l'Emploi, sur le territoire de Reims métropole et Reims-ville. Un premier rendez-vous qui s'inscrit dans la volonté de construire un projet pour 2014, en y intégrant la contribution des citoyens-contribuables. Les discussions et réflexions porteront, en conséquence, sur les moyens de dégager des marges financières pour susciter investissements et Emploi ; à commencer par un retour vertueux aux compétences fondamentales des collectivités. Une critique en creux de l'opposition à l'endroit de l'actuelle municipalité… Pour dégager des marges de financement, il faut s'interroger sur les moyens de faire baisser la dépense publique et de soulager les contribuables. A commencer, explique Mario Rossi, par « les indemnités des élus qui ont été augmentées de 36 % par Adeline Hazan » dès son arrivée au pouvoir. Dans le collimateur encore, l'enflure du cabinet dont « la masse salariale est gonflée par les contrats attribués à plus de 30 personnes, soit plus que pour un cabinet ministériel ». Mario Rossi développe son catalogue critique : « Il faut revoir le montant de la taxe sur l'enlèvement des ordures ménagères (TEOM), environ 300 euros par foyer, pour rien, car avant 2008, cette TEOM n'existait pas et depuis sa création par Mme Hazan on n'a pu constater aucun service supplémentaire. Et reconsidérer, entre autres engagements, le dossier Sciences-Po qui, sur 20 ans, représente 100 millions d'euros de dépenses… ce ne sont pas les marges de gain qui manquent. Nous devons nous mettre en capacité de réfléchir sérieusement sur les moyens de relancer Emploi et activités réelles… »

Le 30 janvier, les participants au débat recevront le concours de Gérard-Marie Henry, docteur en sciences économiques et agrégé de sciences sociales, notamment passé par la Banque mondiale.

Rendez-vous est donné à ceux qui se sentent concernés par la chose publique, au Lion de Belfort, place d'Erlon, le 30 janvier à 19 heures.

Source : L'Union, par Philippe LE CLAIRE, 22 janvier 2013
Tag(s) : #revue de presse

Partager cet article

Repost 0