Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hervé Morin : "Rien ne sert de mentir aux Français, la vérité finit toujours par vous rattraper"

Pour Hervé Morin, le Gouvernement doit tirer deux enseignements de la publication des estimations de croissance nulle par la Commission européenne : rien ne sert de mentir aux Français, la vérité finit toujours par vous rattraper. Mais surtout, le matraquage fiscal n'a rien changé à la situation budgétaire de nos finances publiques ; un sérieux tour de vis dans nos dépenses publiques est désormais inévitable.

Depuis des mois, nous demandons au Gouvernement de cesser de mentir aux Français. La révision à la baisses des perspectives de croissance et l'incapacité du Gouvernement à tenir les 3% de déficits publics étaient des secrets de polichinelle. Personne n'a été dupe. La Commission européenne vient d'annoncer une croissance quasiment nulle pour la France en 2013, et un déficit de 3,7%... Le Gouvernement doit maintenant cesser la politique de l'autruche, et assumer ses responsabilités en annonçant enfin la mise en place de mesures structurelles de réduction des dépenses publiques.

Public, privé, collectivités locales, pouvoirs publics, tout le monde doit être mis à contribution

L'annonce cette semaine de la suppression du jour de carence pour les fonctionnaires est un très mauvais signal envoyé aux Français. Alors que la situation financière et économique de la France s'aggrave, le Gouvernement choisit une fois encore le clientélisme et l'aggravation des déficits.

Je demande solennellement au Gouvernement de cesser d'avoir recours à la facilité, de ne surtout pas choisir d'accentuer une fois encore la pression fiscale alors que nous faisons partie des pays d'Europe où les prélèvements obligatoires sont déjà parmi les plus élevés, mais au contraire d'avoir enfin le courage de donner un sérieux tour de vis dans les dépenses publiques : une réelle réduction des dépenses publiques est devenue inévitable. Les Français sont capables de l'entendre, si les réductions des dépenses menées sont justes et égalitaires.

Les classes moyennes et les entreprises ne peuvent être les seules à être mises à contribution : collectivités locales, secteur public, multiplicité des aides publiques, nous devons lancer une vaste politique d'identification des marges de manœuvre en s'appuyant notamment sur les travaux de la cour des comptes, et rationaliser enfin nos dépenses pour permettre à la France de sortir de cette impasse budgétaire, qui ne fait que nous fragiliser et nous mettre chaque jour un peu plus sous la pression des marchés.

Tag(s) : #udi a la une

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :