Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Champagne-Ardenne doit dire «oui à l’économie du savoir !»

La Champagne-Ardenne est une des régions de France les plus en difficulté. La preuve est la fuite des plus jeunes actifs qui part sous d’autres cieux trouver un travail. Pire, en un an, les secteurs marchands champardennais ont supprimé 7 890 postes. Le recul de l’emploi (-2,7%) est d’avantage marqué qu’en France métropolitaine. Notre région est celle qui subit la plus forte baisse annuelle avec la Franche-Comté. Au 1er trimestre 2013, le taux de chômage atteint 11,5% de la population active alors qu’au même moment celui-ci était de estimé à 10,4% de la population active au sens du BIT. Parmi les 22 régions métropolitaine, la Champagne-Ardenne se situe au 6e rang des régions les plus touchées par le chômage, après la Lorraine (10,9%) et avant la Haute-Normandie (11,7%)*. La crise touche plus notre région qu’ailleurs.

Or, la Champagne-Ardenne a un énorme potentiel de développement. En effet, beaucoup d’atouts sont peux ou pas exploités. Des entreprises dynamiques s’installent autours de nos grandes agglomérations, attirées par un coût du foncier intéressant mais surtout une situation géographique privilégiée. La Champagne-Ardenne est au carrefour de l’Europe ! De plus, la région est une puissance agricole. L’investissement dans les agro-ressources, la bonne santé économique du Champagne, sont autant de points forts que nous devons souligner et utiliser comme locomotives. Comme nous l’a si brillamment décrit Yannick FLEURY dans son précédent papier**, des efforts importants sont encore à réaliser dans le secteur touristique où une révolution culturelle reste à mener.

Mais, nous oublions bien souvent de prendre en considération ce qui peut être notre grand atout : «l’économie du savoir» ! Il n’est pas question de se restreindre aux bénéfices du couple recherche et développement, mais ceux à court, moyen et à long terme d’avoir sur notre territoire des établissements d'enseignement supérieurs d’un niveau national voir international. Nous pouvons citer ici l’Université de Technologie de Troyes, Avize Viti Campus, Reims Management School et bien d’autres encore !

Prenons l’exemple de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), son poids dans l’économie régionale représente l’équivalent de 10 480 emplois***. La contribution de l’université prend plusieurs formes : une partie des emplois est liée aux dépenses de l’université en personnel, en biens et en services afin d’exercer ses activités d’enseignement et de recherche. Ces salariés et leur famille sont autant de consommateurs qui participent à l’activité économique de la région. De plus, comme toute entreprise, l’université effectue des achats en biens et en services. En 2010, ce sont 4 100 emplois indirects qui dépendent des activités de l’URCA dont 3 920 en Champagne-Ardenne !

Si l’URCA est l’un des principaux employeur de la région, il est surtout le premier acteur de l’enseignement supérieur en Champagne-Ardenne. En 2010, sur les 40 710 jeunes de 16 à 29 ans étudiant dans un établissement d’enseignement supérieur de la région, 21 820 sont à l’URCA, soit 54% d’entre eux. Ses étudiants de l’université contribuent également à l’emploi, triplant l’importance de l’université. Ils consomment sur le territoire et près d’un quart d’entre eux exercent une activité rémunérée. Même si le pouvoir d’achat étudiant est moindre que celui des ménages ordinaires, la consommation estudiantine génère 2 150 emplois induits. En comptant les emplois étudiants, 7 330 emplois sont liés au étudiants de l’URCA, dont 6 560 en Champagne-Ardenne.

Les apports de l’Université ne se limitent pas seulement à un simple vivier d’emplois : l’URCA renforce la présence des professions intellectuelles supérieures, l’emploi tertiaire ainsi que le potentiel de recherche de la région. L’université a développer de nombreux partenariats avec les milieux socio-économiques au travers de prestations ou de contrats de recherche collaborative. Ces activités de recherche et de développement représentent un chiffre d’affaires de plus de 1,5 million d’euros en 2012 en constante augmentation sur les dernières années. Le secteur de la recherche à l’URCA a accru significativement ses dépôts de brevet et a permis de la création de plusieurs jeunes entreprises hébergées au sein de l’Université.

Tout cela pour démontrer que l’enseignement supérieur est un formidable levier de développement pour notre région. Mais beaucoup reste à faire comme rénover notre université vieillissante, soutenir les filières de formation qui peuvent aider au développement de notre région dans le secteur agricole en lien avec le pôle de compétitivité «Industries et Agro-Ressources», mais aussi de la vigne et du vin, voir créer un pôle Urbanisme, Aménagement du Territoire et Architecture qui serait un réservoir bouillonnant de projets innovants et structurants pour notre région. Et bien plus encore ! Investir dans la formation, la recherche et le développement c’est créer les emplois d’aujourd’hui et de demain !

Guillaume LEJEUNE, Vice-Président des Jeunes UDI de la Marne

*Source : INSEE, chiffres consolidés pour le 1er trimestre 2013

**Cf. «Construire une offre touristique durable et diversifée», Yannick FLEURY, Site des Jeunes UDI de la Marne

***Source : INSEE Flash Champagne-Ardenne, juillet 2013, N°174, «L’inscription territoriale de l’Université de Reims Champagne-Ardenne - Un acteur important de l’économie régionale», par Anh Van Lu et Romain Perron
Tag(s) : #udi a la une

Partager cet article

Repost 1